Procédés industriels et équipements
Aéraulique des infrastructures
Impact environnemental
Applications Plasma
Pulvérisation
Eolien
Procédés
industriels et
équipements
Aéraulique des
infrastructures
Impact
environnemental
Applications
plasma
Pulvérisation
Eolien

 

>> Agrément Crédit Impôt Recherche

AREELIS Technologies est agréée au CIR agrementcir

 

AREELIS Technologies a reçu l'agrément au crédit d'impôt recherche pour les années 2011 à 2013. 

 

>> Nouveaux locaux

AREELIS Technologies a emménagé dans ses nouveaux locaux dsc 0254

AREELIS est heureux de vous accueillir au 675 avenue Isaac Newton à Saint Etienne du Rouvray.

 

>>E. Rouland invité de la Table Ronde du 14/12/2010 en présence du Président Nicolas SARKOZY

Eric ROULAND (directeur d'AREELIS Technologies)

a la table ronde présidentielle sur l'avenir de la filière spatiale


Politique industrielle de la France et avenir de la Filière spatiale
L'avenir de l'industrie spatiale
« L'ambition spatiale française est une priorité stratégique (...) La garantie d'un accès autonome à l'espace est non négociable »

Le Président s'est rendu mardi 14 décembre 2010 dans l'Eure (programme du déplacement) pour une visite de terrain consacrée à l'industrie française et plus particulièrement à l'avenir de la filière spatiale (l'album photo du déplacement). Lors de ce déplacement, le Président a réaffirmé que le domaine spatial était un secteur stratégique porteur de croissance et d'emploi. Il a rappelé le rôle actif de la France dans la construction de « l'Europe spatiale » et la compétitivité de l'industrie française au niveau mondial (40% du marché des satellites de communication commerciaux et 50% du marché accessibles des lanceurs).

Le Président a rappelé la volonté de la France et de l'Europe de disposer d'un accès autonome à l'espace, pierre angulaire de notre politique spatiale. Pour continuer à garantir cet accès autonome le Président a indiqué que la France soutiendrait le programme de rénovation à mi-vie du lanceur Ariane V et le lancement des premiers travaux relatifs au lanceur successeur d'Ariane V.

Un protocole d'accord attribuant une enveloppe de 82,5 millions d'euros à la réalisation de travaux préparatoires liés au lanceur de nouvelle génération post Ariane 5 a été signé. Il s'agit de la première tranche d'un programme de 250 M€ financé par le grand emprunt. Conduits sous la maîtrise d'ouvrage du CNES, ces travaux seront confiés aux industriels de la filière spatiale. Grâce à ces investissements et ces travaux, la France contribuera efficacement à la préparation des futurs lanceurs européens et soutiendra l'excellence des acteurs français de ce secteur. Ce programme illustre le soutien aux filières industrielles stratégiques apporté par le grand emprunt qui prépare le futur de l'industrie française.

Lors d'une table ronde, le Président a également échangé avec des acteurs du monde de l'innovation et de la recherche industrielle (dirigeants de PME innovantes, directeur de laboratoire, doctorant). Il a rappelé à cette occasion l'importance de l'effort consenti en faveur de l'innovation, notamment à travers le crédit d'impôt recherche, le caractère structurant des pôles de compétitivité et le dynamisme apporté par la réforme de l'enseignement supérieur et de la recherche. Il a souligné l'enjeu majeur que constitue le renouvellement des ressources humaines dans les domaines scientifiques et techniques et la nécessité de renforcer leur attractivité.

Le reportage vidéo contenant l'interview d'Eric ROULAND : cliquez ici

La table ronde : cliquez ici

Le reportage sur la visite du site de Safran à Vernon : cliquez ici

L’album photo : cliquez ici

 

>> Nouvelles plaquettes de la société AREELIS

AREELIS Technologies

Nouvelles plaquettes


AREELIS Technologies vous propose ces nouvelles plaquettes :

  • Réalisation de bancs d'essais R&D
  • Intégration de machines spéciales
  • Simulation numérique
  • Mesures et tests

 

>> Nouvelles plaquettes environnement

 

AREELIS Technologies

Nouvelles plaquettes environnement


AREELIS Technologies vous propose ces nouvelles plaquettes sur ces activités environnementales :

  • dispersion atmosphérique de polluants
  • dispersion atmosphérique d'odeurs
  • aérodynamique des installations industrielles

 

>> AREELIS particpe au projet LAPLACE aux cotés de snecma

AREELIS Technologies participe au projet LAPLACE aux côtés de Snecma Vernon.


Le projet LAPLACE (Laboratoire pour l’Analyse des couPLAges fluide-structure en Conditions Extrêmes) destiné à la caractérisation en conditions réelles du comportement en hydrogène liquide des machines tournantes vient de recevoir le soutien financier de la Région Haute-Normandie et de l’Union Européenne (fonds FEDER). Snecma (Groupe SAFRAN), maître d’oeuvre, pilote ce projet avec la participation de laboratoires de recherche régionaux (CEVAA, CORIA, IRSEEM) et de PME (CRYODIFFUSION, AREELIS Technologies et ses sous-traitants régionaux, LESCATE). Le projet a reçu la labellisation des pôles de compétitivité Mov’eo et ASTech, et le CNES y apporte son expertise technique.

La première application de ce projet innovant concerne les moteurs-fusées cryotechniques, dans l’objectif d’une meilleure connaissance de leur fonctionnement et l’amélioration de leur performance.

Un peu de technique :
Dans un moteur-fusée comme ceux d’Ariane 5, des pompes doivent puiser dans les réservoirs l’hydrogène et l’oxygène stockés sous forme liquide et à basse pression pour les injecter à haute pression dans la chambre de combustion. Les conditions de fonctionnement de ces « turbopompes » sont extrêmes : les vitesses de rotation peuvent atteindre 100 000 tours/min, la température de l’hydrogène liquide est de -250°C, les puissances sur l’arbre se comptent en Mégawatt, pour des dimensions similaires à celles d’une boîte de vitesses automobile.
Concevoir et dimensionner de telles machines tournantes est un vrai défi technologique. Et pour relever ce défi, il faut connaître et modéliser tous les paramètres de fonctionnement, non seulement en régime établi et avec une machine « idéale », mais aussi lors des transitoires de démarrage et d’arrêt, en tenant compte des possibles variations dans la géométrie réelle des pièces fabriquées, des perturbations d’alimentation des pompes (bulles par exemple), et des couplages pouvant se produire entre le comportement du fluide lui-même et les réponses thermomécaniques de la structure de la machine.
Dans les turbopompes du moteur Vinci®, en développement par Snecma, tous ces phénomènes seront présents, exacerbés par les conditions particulières de redémarrage en apesanteur du moteur, qui sont propices à l’apparition de cavitation. Il est donc capital de disposer de modélisations les plus fiables et représentatives possibles des phénomènes attendus. Pour bâtir et surtout valider ces modèles, il faut disposer de mesures effectuées au sein même des machines tournantes, sur les parties en rotation, dans les bonnes conditions de pression et de température.

Ce sera l’apport du projet Laplace :
un « boîtier d’essai » sera réalisé, truffé de mesures encore jamais réalisées avec autant de représentativité (dimensions, ergols réels de type hydrogène ou méthane liquide, localisation et non intrusivité des capteurs) Les techniques de traitement de ces mesures permettront de développer les diagnostics en conditions instationnaires et permettront l’amélioration de la compréhension et de la modélisation des interactions fluide-structure.

 

>> AREELIS partenaire de Valeo en 2010

AREELIS Technologies est partenaire de VALEO en 2010.

VALEO

Les résultats du 8e appel à projets de R&D du fond unique interministériel (FUI) ont été publiés le 29 juillet dernier. Le Gouvernement annonce le financement par l’Etat de 93 nouveaux projets de R&D émanant de 48 pôles de compétitivité, pour un montant de 109 millions d’euros.

AREELIS Technologies est partenaire de Valeo sur deux de ces projets :

  • MEMOIRE :

    Le véhicule électrique est promis à un bel avenir car il offre une réponse intéressante aux impératifs écologiques auxquels nous devons consacrer nos efforts, notamment s’agissant de la mobilité durable. Or, certaines limites freinent encore la mise sur le marché du véhicule électrique : l’autonomie est trop faible pour répondre aux besoins des utilisateurs, les infrastructures de recharge d’énergie sont largement insuffisantes, et les coûts sont trop élevés, notamment à cause du coût élevé de la batterie. Il est nécessaire de lever ces freins si l’on souhaite favoriser l’émergence rapide d’une filière véhicule électrique viable et voir l’adoption massive du véhicule électrique dans les années à venir (moyen terme).

    Pionnière sur les technologies électriques il y a 15 ans, la France a pris un certain retard vis-àvis de ses concurrents/partenaires, japonais et allemands en particulier. Plus précisément, la France est confronté à une concurrence très forte des sociétés asiatiques sur la fabrication des puces de puissance et des composants passifs (condensateurs), mais aussi de l’industrie allemande sur les IGBT. Il est possible de combler ce retard, à condition de mobiliser et développer les compétences des acteurs de la filière électronique automobile à l’occasion de projets innovants collaboratifs … Pour atteindre ces objectifs ambitieux, il est nécessaire de concevoir des blocs technologiques innovants permettant la commutation Haute Tension. C’est l’objectif du projet MEMOIRE qui, s’il est mené avec succès, constitue une brique technologique indispensable qui ouvrira des nouvelles possibilités d’innovations architecturales. Jusqu’à présent, la technologie existante est une technologie sur céramique, onéreuse et difficile à connecter. Le véhicule repose sur une technologie basse tension et un refroidissement par air.

  • COMPACITE :

    Avec les technologies actuelles, le succès du Véhicule Electrique (VE) va se heurter néanmoins à un handicap majeur : la très forte sensibilité de son autonomie aux conditions climatiques. Dans des conditions climatiques nécessitant l’utilisation de la climatisation de l’habitacle, l’utilisation du VE en été ou en hiver peut ramener l’autonomie en deçà de 100 km, et devenir rédhibitoire dans les conditions les plus sévères. Il apparaît décisif de mettre en œuvre des solutions qui assurent le confort thermique des véhicules électriques en optimisant les compromis entre l’efficacité, le poids et la consommation. Le projet Compacité vise à apporter des réponses technologiques à ses enjeux en développant des solutions Mécatronique : le compresseur électrique en fait partie pour atteindre ce confort thermique à bord d’un véhicule électrique. L’objet de ce projet est de concevoir l’électronique intégrée d’un compresseur électrique qui va servir au pilotage et à la gestion du moteur et de la mécanique du compresseur.

    Les solutions qui seront développées dans ce projet s’articulent autour de quatre périmètres :

    • Nouvelle génération de substrats de puissance SMI-haute-tension
    • MOS avec intégration de diagnostic
    • Optimisation mécatronique intégrant « fluidique-thermique-électrique-mécanique »
    • Optimisation des aspects fiabilité et robustesse

    Le projet COMPACITE est construit sur trois années. Outre une phase de spécifications qui comportera une étude particulière du module et des composants pour construire un nouveau concept d’architecture, il comprend quatre phases principales équilibrées en ressources :

    • la conception / justification des concepts et composants, appuyée par un Lot Simulations
    • Conception de la commande algorithmique spécifique de la nouvelle dynamique du VE
    • le maquettage et mise au point des solutions mécatronique et son positionnement pour un refroidissement
    • Intégration de la partie mécatronique et la partie mécanique du compresseur, prototypage et l’évaluation de la performance et de la fiabilité du compresseur électrique à la fois sur banc et sur véhicule.

 
Copyright © 2005 AREELIS Technologies - Réalisation Interaction